Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AfriqueLesotho

Chaka. Une épopée bantoue

Thomas Mofolo

(Chaka, 1925)
Traduction : Victor Ellenberger. Langue d’origine : Sesotho
⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

Chaka est le fils de Nandi, la concubine de Senza’ngakona, chef d’une tribu cafre. Chaka est donc l’héritier du trône, mais lors que les femmes officielles du souverain finissent pour avoir des descendants masculins, la présence de Chaka commence à déranger. Nandi et Chaka sont renvoyés en exile. En pays Bathwetwa, Chaka se mettra au service du roi Dingiswayo.

Chaka grandit et se dévoile être un guerrier hors pair, et devient le bras droit de Dingiswayo. Grace à son courage inégale, sa force prodigieuse et ses exploits contre des animaux sauvages et des menaces diverses, la réputation de Chaka grandit. La rencontre avec le sorcier Issanoussi marquera le destin du guerrier. Grace à l’aide du féticheur, Chaka deviendra le plus puissant des hommes, mais sa soif de pouvoir sera de plus en plus prenante et difficile à assouvir. La gloire viendra avec un lourd prix à payer.

Dr Faust au pays des Zoulous :

Biographie avec des accents mythologiques du roi-guerrier Chaka (1787-1828), fondateur du royaume zoulou, qui dans l’époque de son apogée, régna sur un vaste territoire qui s’étendait sur la plupart de l’est de l’Afrique Austral. Sa cruauté et ses tendances tyranniques propitièrent le mécontentement de son peuple et la division dans ses rangs, ce qui entraina la chute de son empire.

Ce livre retrace cette vie unique, qui, ne l’oublions pas, n’est qu’un roi envahisseur selon le point de vue de la population du Lesotho, dont l’écrivain Mofolo en fait partie. Pas étonnant que la figure de ce dictateur mégalo soit éclairée sous la pire des lumières dans ce roman, écrit cent ans après les faits. Mélangeant les faits historiques avec la magie et la mythologie, ‘Chaka’ emprunte le schéma narratif du ‘Dr Faust’, où un Docteur assoiffé des connaissances, établissait un pacte avec le diable pour avoir accès au savoir absolu. Dans ‘Chaka’ est la soif du pouvoir qui motive notre protagoniste et le pacte se fait avec Issanoussi, un fétichiste mystérieux, qui promet à Chaka d’atteindre le pouvoir et la gloire absolues. Malgré l’abandon et les souffrances vécues dans son enfance, on ne pourra pas avoir de l’empathie pour Chaka. Ce premier roi zoulou devient vite un être abject et sans rédemption possible.

Le roman est très violent, rempli d’action et drame, mais littérairement parlant, c’est plutôt creux, rien n’est suggéré, tout est décrit directement et sans finesse. Les personnages sont peu développés et l’action prend la place à toute réflexion, autre que la soif de pouvoir entraine des monstres. Souvent classé parmi les classiques incontournables du continent africain, ‘Chaka’ est une lecture intéressante (surtout pour le récit historique sur la création du royaume zoulou et la mythologie de cette région africaine), mais vraiment sans plus.


Citation :

“Et il en vint à se dire qu’ici-bas, c’est la force plutôt que la justice qui assure la vie ; que sur cette terre intelligence, puissance, gentillesse, honnêteté, tout cela appartient en définitive à celui-là qui sait manier un bon gourdin.”

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *