Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AfriqueCameroun

Les 700 aveugles de Bafia

Mutt-Lon

(2020)
Langue d’origine : Français
⭐⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

La colonie française au Cameroun, 1929. Le docteur Eugène Jamot, est en charge de contrôler l’épidémie de la maladie du sommeil qui touche la région. Dans la subdivision de Bafia le Docteur Monier est en train de surdoser les malades car il s’est aperçu que cela produisait des résultats spectaculaires avec des guérisons presque subites. Sauf que peu après, plein de ces patients guéris vont être atteints de cécité irréversible. C’est un erreur médicale colossale.

Damienne Bourdin est une jeune médecin marseillaise, déplacée dans la région pour assister Jamot, après la fuite du responsable de la bévue, Monier. Aussitôt arrivée au Cameroun, Damienne est envoyée à Bafia par Jamot pour exfiltrer Débora Edoa, une princesse ewondo, qui est la seule infermière d’origine indigène de la région. Sa présence dans la tribu adverse et les tensions suite à la montée en flèche des cas de cécité sont en train de faire dériver Bafia vers l’insurrection. Pour exécuter la mission Damienne devra traverser un territoire totalement hostile aux blancs, tandis que la colonie toute entière risque de s’embraser.

Terrible erreur médicale au cœur de la colonie française au Cameroun :

Le roman est basé sur des faits absolument réels, qui malheureusement semblent avoir été oubliés même dans le pays dont ils se sont produits. L’extraordinaire bavure médicale qui donna comme résultat 700 aveugles dans une même région, secoua les piliers de la colonie française et ébranla complètement la confiance dans les autorités de la colonie et dans les blancs en général, créant une tension insoutenable. Le miracle annoncé de la guérison de la trypanosomiase vira au vrai cauchemar. Jamot, Mounier, et d’autres, existèrent vraiment, et leur histoire est narrée avec un certain rigueur et réalisme, en essayant de rester collé un maximum au faits historiques.

La présence de Damienne Bourdin, jeune médecin issue de la bourgeoisie marseillaise qui souhaite fuir ses soucis dans la métropole, se retrouve presque à son insu au cœur d’un imbroglio phénoménale. Mounier, le coupable de la bavure, parti en Europe, Bourdin doit participer à la gestion de la crise provoqué par cette erreur colossale qui risque de faire imploser l’ensemble de la colonie.

‘Les 700 aveugles de Bafia’ est un livre prenant et terrifiant plus par ce qui explique que par la façon comment l’histoire est racontée. La partie qui m’a semblé la plus intéressante est ce rapport absolument contrasté entre Damienne et Ndongo, son guide pygmée qui ne parle pas français, par la différence marquée entre la femme bourgeoise, déroutée dans ce monde hostile, et cet africain calme et noble, qui connait la cambrousse comme la paume de sa main. Il y a aussi des bons contrastes lorsque le personnage de Débora Edoa, la princesse ewondo devenue infermière, apparaît sur scène. Avec son dilemme, les luttes entre clans aussi bien qui entre les blancs et les noirs prennent de l’ampleur.

Le récit est simple et direct, avec peu de fioritures stylistiques, autre la narration en flashback qui permet la clôture des sujets dramatiques. Mais clairement le récit est plus intéressant par l’intrigue et ses multiples rebondissements, que par la perspicacité psychologique ou la profondeur des personnages. De ce côté-là, la narration est beaucoup plus plate. Lecture aisée et très intéressant quand même, qui dénonce de façon efficace les déboires de la colonie dans le période entre les deux guerres.


Citation :

« Elle avait rêvé de ce pèlerinage pendant des décennies. Mais, alors qu’il commençait à peine, Damienne se sentait déjà lasse. La consécration et la satiété avaient émoussé cette fureur de plaire qui la rendait presque invivable dans des jeunes années. Elle avait perdu la foi quasi-mystique que lui avait permis de survivre à mille naufrages. C’est peut-être pour cette raison que Damienne avait accepté de revenir au Cameroun (…) »

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *