Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AmériqueAntigua-et-Barbuda

Annie John

Jamaica Kincaid

(Annie John, 1985)
Traduction :   Dominique Peters.   Langue d’origine : Anglais
⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

Annie John raconte sa vie depuis son enfance jusqu’à son adolescence dans un ville pauvre d’Antigua. Élève modèle à l’école, elle est une enfant sage, très fusionnel avec sa mère. Les bouleversements de l’adolescence vont bousculer cette enfance idyllique. L’éloignement de sa mère qui semble la préparer pour une vie plus indépendante, est mal vécu pour Annie John, qui se penchera vers ses apprentissages, ses lectures et quelques copines de l’école.

Bildungsroman Antiguais :

Ce roman d’apprentissage accompagne Annie John à travers tous les changements et découvertes d’une jeune fille antiguaise, lors du passage à l’âge adulte, entre les 10 et les 17 ans. Narré à la première personne, le roman exhibe un certain ton nostalgique, presque comme si la narration se produisait beaucoup des années après.

Le récit a un fort coté autobiographique, car l’enfance de Kincaid à Antigua est marquée, comme celle d’Annie John, par la pauvreté, la famille aimante, la réussite à l’école, puis l’inexplicable éloignement de sa mère, et l’exile. L’axe du roman semble être la relation entre la mère et la fille, une relation particulière, parfois presque symbiotique, puis très distante et hypocrite, remplie des énigmes et des questions sans réponse. Comme on aura seulement la version en première personne de la fille, le personnage de la mère restera dans une voile du mystère, pas complètement dessiné et très ambivalent. A différence du père, un homme plus âgé et plus simple à décoder, la mère est présentée comme un personnage au tempérament marqué, mais complètement insaisissable. L’amour inconditionnel porté vers sa fille pendant son enfance, se transformera en froideur à l’adolescence, et, comme Annie John, on n’a pas les clés pour comprendre ce changement.

Annie John est une fille capricieuse qui rêve d’échapper à sa propre vie, qu’elle méprise et abhorre. Elle est une jeune fille très intelligente mais exigeante, qui pose un regard perplexe et hautain sur la société qui l’entoure, et essayera de se rebeller contre l’ennuyeuse prédictibilité de son quotidien. Le récit est intéressant et le ton est juste, notamment à l’heure de céder la parole (et la réflexion) à une adolescente en plein changement. Mais malgré ces qualités le roman ne semble pas décoller ni approfondir sur aucun des sujets évoqués. Bon, mais sans plus.


Citation :

« Je voyais déjà le type d’adulte qu’elle deviendrait – juste le type qui jetterai un regard sur moi et dédierait tous ses efforts à faire de ma vie un enfer. Déjà sa bouche avait les coins tournés vers le bas, comme pour montrer qu’elle était née avec la conviction de que personne d’autre qu’elle se comportait comme il faut, et aussi comme si elle était née sachant que tout dans la vie était déception et que son visage était préparé pour s’y accommoder. »

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *