Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AmériqueCanada

Bienvenue à Mariposa

Stephen Leacock

(Sunshine Sketches of a Little Town, 1912)
Traduction :   Thierry Beauchamp.   Langue d’origine : Anglais
⭐⭐

Ce que raconte ce recueil de nouvelles :

Portrait de la petite ville imaginaire de Mariposa, situé à Ontario, Canada. On suit la vie de ses habitants et leurs aventures du quotidien, au début du XXe siècle.

C’est sympa la Province Canadienne :

Mariposa, est basée sur Orillia, ville de résidence de Leacock, près du lac Simcoe. Rien de particulier dans cette ville, une petite bourgade comme des centaines de villes au Canada, tel que dit Leacock au début du livre (Voir Citation plus bas).

Avec un sens de l’humour sarcastique et fin, toute une multitude de personnages prennent vie sur des traits très marqués et contrastés, des archétypes de la petite ville de province. Chaque chapitre va se concentrer sur un personnage ou un fait divers de la petite commune. On commence par le propriétaire du restaurant qui sert de l’alcool malgré les prohibitions, puis les banquiers qui s’affrontent en tout mais qui sont presque deux côtés de la même monnaie, le barbier qui rêve de la réussite boursière, la sortie en bateau qui finit mal, les amourettes de la fille du juge, les délirantes élections, etc… On se moque un peu des gens, mais toujours d’une façon bienveillante.

C’est un livre qui met de bonne humeur, le sarcasme est constant et quotidien, et certaines histoires sont hilarantes, notamment la séquence du bateau qui coule dans les eaux du lac avec tous les personnages en sortie dominical. Le regard posé vers ces personnages, souvent banals et plein de faiblesses, est terni d’une grande tendresse, comme la belle histoire de Pumkin avec la fille du juge.

Avec cela, le livre ne va pas trop loin. Malgré le ton caustique, il n’y a pas vraiment de critique, mais plutôt quelques longueurs et redondances. Et puis, c’est flagrant : Il manque cruellement de personnages féminins. Pour la plupart c’est que des portraits d’hommes qu’on voit ici. Même, sur un des personnages féminins du livre, on va dire qu’elle est exactement pareil que toutes les autres filles de la ville.

Les personnages refilent un peu leur médiocrité à l’ensemble du roman, au lieu d’être sublimés par le récit. Pas trop à voir avec le style de John Steinbeck ou Willa Cather, pour donner deux exemples d’auteurs qui parlent de gens humbles et simples pour faire de réflexions profondes sur l’être humain. Ici, c’est sympa, mais on reste en surface.

Cet humour canadien, intelligent et fin, mais cocasse et cynique, est la meilleure valeur de ce roman. À lire notamment si vous venez de lire Thomas Hardy ou Dostoïevski et vous cherchez un classique avec plus de légèreté et fun, pour sortir de la déprime.

Le livre est disponible intégralement sur wikisource en sa version originale en Anglais :

https://en.wikisource.org/wiki/Sunshine_Sketches_of_a_Little_Town


Citation :

« Je ne sais pas si vous connaissez Mariposa. Dans le cas contraire, cela n’a aucune importance car, si le Canada vous est familier, vous connaissez probablement une bonne douzaine de villes comme celle-là. »

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *