Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AmériqueMexique

Pedro Paramo

Juan Rulfo

(Pedro Páramo, 1955)
Traduction :   Roger Lescot.   Langue d’origine : Espagnol
⭐⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

Juan, retourne dans le village où il est né. Il est à la recherche de son père, Pedro Páramo, qu’il n’a jamais connu. L’endroit semble désert, abandonné à des fantômes de jadis. Le passé du père fait petit à petit surface, et il va nous présenter Pedro Páramo comme un cacique tyrannique, qui semait le malheur et la mort là où il passait.

Échos du passé :

Pendant son retour au village, jadis fleurissant, maintenant délabré et abandonné, remplit de murmures et de poussière, Juan va rencontrer plusieurs personnages, témoins de la vie dans les durs temps de son père. Mais tout à l’air irréel, comme s’ils n’étaient pas vraiment dans le temps présent. Dans ce village de fantômes, et par petites bribes du récit, Juan va reconstruire le personnage de son père.

Roman singulier et impénétrable par excellence, inspiré d’autres romans « difficiles », comme ceux de William Faulkner, ‘Pedro Paramo’ va à son tour inspirer toute une génération d’auteurs latino-américains, dont García Márquez et Carlos Fuentes. Le roman fascine par la sensation de voyage vers l’inconnu qui génère. La timeline est complètement éclatée, les temps et les espaces sont mélangés nous faisant douter à chaque fois, si ce qu’on lit c’est vrai ou bien un écho du passé.

J’ai lu deux fois ce court roman. Je ne suis pas toujours très avancé de déceler tous ses mystères, mais je dois dire que c’est un des romans où les notes à pied de page m’ont le plus aidé, donc je vous recommanderai de chercher une édition bien annotée, et même un peu plus de spoiler ce serait bienvenu cette fois, dans l’idée de trouver la bonne voie pour comprendre mieux ce roman si étrange. À suivre après une troisième lecture.


Citation :

« Tu t’es trompé d’endroit. Tu m’as donné une fausse adresse. Tu m’as envoyé là où les questions sont sans réponses. Dans un village désert. À la recherche de quelqu’un qui n’existe pas. »

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *