Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AsieJapon

Le fusil de chasse

Yasushi Inoue

(猟銃, Ryōjū, 1949)
Traduction : Sadamichi Yokoo, S. Goldstein, Gisèle Bernier. Langue d’origine : Japonais
⭐⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

Suite à la publication d’un poème intitulé « Le Fusil de chasse », on découvre la vie du protagoniste de ce poème, Josuke Misugi, grâce aux trois lettres reçues par lui, dans lesquelles on décrypte ses années de mariage avec Minori et sa relation adultère avec Saïko.

Adultère et non-dits :

Court roman (ou novella selon) épistolaire, probablement le plus connu de son auteur, il bénéficie d’une structure assez simple mais très efficace. Au début on connait le personnage de Josuke Misugi de loin, comme quelqu’un de mystérieux, presque mystique, mais surtout solitaire. Puis en trois lettres successives écrites pour trois femmes, on dévoile toutes les facettes du personnage, son mariage avec Midori et sa relation adultère avec Saïko, et on comprendra les raisons de cette solitude.

Dans chacune des lettres, ces femmes retracent pathétiquement ses souvenirs, ses secrets, et ses mésententes avec Josuke. Grâce à ces trois regards croisés, le personnage prendra vie. Les trois vont expliquer ce qui les a déçues, ce qu’elles auraient pu faire ou dire, et ce qu’elles auraient aimé que Josuke fasse ou dise. Mais ni lui ni elles ne l’ont jamais fait ni dit. Les non-dits dominent totalement ce récit, sauf au moment des lettres : Dans un moment du lucidité extrême, motivées par le changement de vie radicale qui les attend, ces trois femmes vont finalement tout déballer, sans aucune retenue. Mais c’est trop tard.

Je n’ai qu’un seul petit hic à ce récit, je suis resté un peu sur ma faim coté introspection psychologique, nettement par rapport au personnage principal, qui, malgré être décrit sur trois points de vue, n’arrive pas à trouver une vraie entité de caractère. C’est peut-être voulu, pour axer plus sur les rapports des femmes par rapport à lui, mais…

Avec la subtilité, la délicatesse et la retenue propres du roman japonais classique, Isushi Inoué nous offre un récit sobre et simple, mais profond et émouvant sur l’amour et ses conséquences, sur les remords et les regrets.


Citation :

« Je reçois le châtiment mérité par une femme qui, incapable de se contenter d’aimer, a cherché à dérober le bonheur d’être aimée. »

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *