Inventaire non académique de romans du monde publiés depuis 1800, sans spoilers

Littérature des 5 continents : AsieMalaisie

The Night Tiger

Yangsze Choo

(The Night Tiger, 2019)
Traduction :   Pas connue.   Langue d’origine : Anglais
⭐⭐⭐

Ce que raconte ce roman :

Malaysie, années 30, pendant la colonie anglaise. La jeune Ji Lin travaille comme apprenti chez une couturière, et complète son salaire dansant avec des hommes pour de l’argent le soir dans un salon de bal, avec l’objectif de rembourser quelques dettes de jeu que sa mère a acquis. Un jour elle découvre qu’un de ses partenaires de bal possède un doigt humain conservé dans un flacon.

En parallèle, Ren est un jeune orphelin qui essaie d’assouvir le dernier souhait de son maître manifesté dans son lit de mort. Il devra trouver et restituer le doigt manquant dans son cadavre pour que celui-ci puisse finalement se trouver complet et reposer en paix.

Ces deux histoires s’entremêlent avec les meurtres commis pour une étrange créature mi-tigre, mi-humaine, qui sème la terreur pendant la nuit.

Les enfants, le doigt et le tigre qui tue pendant la nuit :

A moment d’écrire ces lignes (2024), ‘The night tiger’ n’est malheureusement toujours pas traduit en français, malgré qu’il fût sélectionné en 2022 dans la Big Jubilee read, une liste de 70 livres issues des auteurs de la Commonwealth, qui fêtait les 70 ans de règne (Jubilé de platine) d’Élisabeth II au Royaume-Uni. C’est bien dommage car, en plus d’être très beau, le roman ouvre une porte d’entrée vers l’univers, la culture et mythologie malaisienne.

Le récit alterne à chaque chapitre entre les points de vue du garçon Ren (narré toujours à la troisième personne) et celui de Jin Li (narrée en première personne). Certains chapitres vont suivre William Acton, un chirurgien réputé de la colonie et nouveau maître de Ren. Le surnaturel s’invite dans le récit de plus en plus fréquemment, au fur et à mesure que les narrations de Jin Li, de Ren, de William et du mystérieux tigre nocturne vont converger dans le récit. Cette alternance est un des atouts de ce roman, narré avec classe et dynamisme mais sans ambitions stylistiques marquées. La jeune fille possède le doigt qui cherche le garçon, et dès le début on sent que ces deux histoires vont se croiser, sans que cela n’enlève rien au charme narratif du roman.

Plus l’intrigue avance et prend le centre de récit, plus les rebondissements vont s’enchaîner et vers la fin le livre va malheureusement perdre un peu de sa capacité de suggestion. Malgré l’habilité de sa construction et son storytelling à la mécanique bien huilé, le roman va tomber dans son dernier acte dans quelques lieux communs. Et à tant vouloir clôturer tous les sujets avancés il finit pour devenir un peu trop explicatif et perdre une partie de sa magie.

C’est quand même très beau et dépaysant, les personnages sont attachants et l’ambiance, le folklore, les légendes, et le mystère sont très bien ficelés dans la narration. Belle réussite.


Citation :

“C’était mieux de paraitre joyeuse, je décidai. Pas comme si j’avais passé la moitié de la nuit rattrapant dix années de jalousie d’un seul trait. Joyeuse et vive, telle était la voie à suivre. » (Traduction improvisée)

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *